logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

18/04/2014

Une certaine idée de l'Europe.

 

eu-flag.jpg



L'Europe sera-t-elle libérale, sociale, puissance? Les interrogations qui agitent tous les pays de l'Union oublient sans doute l'essentiel, que nous rappelle le soixantième anniversaire de la fin de la Seconde Guerre mondiale. Loin des arguments très matérialistes entendus ici et là aujourd'hui, les fondateurs de l'Europe caressaient d'abord un rêve: la paix.

Magnifique espoir pour des hommes et des femmes que les tragédies de l'histoire n'avaient cessé d'opposer. Beau dessein pour des peuples que des rancœurs ancestrales avaient longtemps rendus ennemis. Grande espérance qui devrait continuer à nous guider sur le chemin d'un avenir partagé. «Nous ne coalisons pas des Etats, nous unissons des hommes», disait Jean Monnet.

Avec les années, l'habitude et le renouvellement des générations, cette ambition fait de moins en moins frissonner l'aventure communautaire. Comme si elle nous était indifférente.

La grande majorité des chefs d'Etat et de gouvernement sont nés après la guerre. Et, en France, parmi toutes les voix qui ferraillent dans la campagne référendaire, bien peu ont connu le bruit des armes. Seules quelques-unes, comme celle de Simone Veil, nous rappellent la première vertu de l'Union. Savourons notre chance, elle était une utopie il y a soixante ans.

L'Europe est née de la ferveur de quelques hommes pour réconcilier la France et l'Allemagne. Puis elle a grandi. Mais l'état d'esprit initial demeure. L'Europe est moins une fin qu'un moyen. Un moyen de propager la paix, synonyme de développement et de prospérité. Un modèle que les autres continents nous envient, et cherchent même à copier. Un exemple unique, au rayonnement universel.

Comment expliquer autrement que les candidats à l'entrée dans l'Union soient aussi nombreux? Après la Pologne, les Pays baltes ou la Hongrie, les derniers pays de l'ancien bloc soviétique sont impatients. A Kiev ou à Tbilissi, tous les regards sont tournés vers Bruxelles. Et sur la rive sud de la Méditerranée, beaucoup aimeraient aussi participer à l'aventure. Pour la jeunesse de ces nations, l'Europe est un eldorado. Absorbés par d'autres considérations, nous ne mesurons pas notre bonne fortune.

L'Europe n'est pas extensible à l'infini, mais nul doute que, dans l'esprit de quelques responsables européens déterminés, elle est moins aujourd'hui un continent qu'un socle de valeurs: justice, droit, solidarité. Des notions à diffuser pour garantir la paix et prévenir le choc des civilisations. D'où la main tendue à la Turquie.

Peu importe la géographie, se disent-ils peut-être, seule compte l'histoire. C'est une certaine idée de l'Europe.

22:46 Publié dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0)

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique